Bienvenue!
Bienvenue!

Langue: Pregnancy Calendar  Enceinte d.une semaine  Settimane di Gravidanza  Die Schwangerschaftswochen
22

Les dépistages prénatal

Beaucoup de dépistages prénatal sont disponibles, et il est important de savoir ce que chaque procédure de test implique, leurs risques (s’il y en a), le but du test, et comment les résultats peuvent avoir un impact sur vos décisions et les soins médicaux de votre grossesse.
Le premier test de dépistage est généralement le test de grossesse, qui s’effectue par un test urinaire directement à la maison. Le test mesure le niveau d’hormone HCG (hormone gonadotrophine chorionique), que le corps d’une femme enceinte produit. Le niveau d’hormone augmente dans votre sang et vos urines tout au long du premier trimestre. Un résultat positif vous enverra probablement chez votre docteur pour le début des soins de grossesse.
Lors de votre première consultation prénatale, différents tests de dépistages sont effectuées. Ils sont tous considérés comme des tests de routine, donc il vous sera peut-être demandé si vous voulez les faire et vous devriez vous faire expliquer ce que l’on cherche à tester. N’hésitez sur aucune question ! Il vaut mieux avoir l’air bête en posant une question que de le rester sans la poser.

● Un test de niveau de la HCG, qui quantifiera le niveau d’hormone sous la fomre d’un chiffre (contrairement à un test de grossesse maison qui ne fait que dire Positif ou Négatif). Votre médecin pourra vous donner la progression (depuis quand vous êtes enceinte) de la grossesse grâce à ce chiffre.
● Votre facteur Rh sera testé. S’il est négatif, vous recevrez une injection avant l’accouchement pour empêcher votre corps de fabriquer des anticorps qui pourraient attaquer le Rh positif du bébé si vos sangs se mélangent.
● Votre immunité à la rubéole sera déterminée. La rubéole est une infection virale sans danger pour la personne affectée, mais dans le cas d’une grossesse, elle peut s’avérer très dangereuse pour le bébé. La plupart des gens sont vaccinés dès l’enfance, toutefois.
● Certains docteurs pratiqueront aussi un test VIH, et sur plusieurs MST. Si vous avez le VIH, votre grossesse sera traitée très différemment. Il vous sera conseillé de commencer un traitement anti rétrovirus, pour diminuer le risque de transmettre l’infection pendant la grossesse. Un accouchement par césarienne sera programmé, pour éviter une transmission pendant l’accouchement. Il vous sera aussi conseillé de ne pas allaiter, pour ne pas transmettre le virus après la naissance. La plupart du temps, il s’agit d’un test optionnel, toutefois, les résultats peuvent grandement impacter votre grossesse, donc il est très important de faire le test si vous avez le moindre doute.
● Analyse d’urine : certains docteurs le font à chaque visite, alors que d’autres le font au début, puis attendent le troisième trimestre. C’est un simple test urinaire qui cherche une infection de la vessie ou des reins, la présence de protéine dans les urines (qui est un symptôme de la pré-éclampsie si associé avec une hypertension et un œdème), et la présence de glucose dans les urines, indiquant possiblement un diabète gestationnel.
● Examen du vagin : le docteur vérifiera le col de l’utérus et l’utérus, en taille et souplesse. Si vous devez faire un frottis, il se fera à ce moment là. Est aussi pratiqué un test de dépistage de MST comme les papillomavirus, la gonorrhée et la chlamydia, afin de les traiter au plus vite.

Le dépistage de la trisomie (21 et 18) au premier trimestre devient la norme, mais il est optionnel. Il se fait soit sous la forme d’imagerie médicale, soit en laboratoire. La partie d’imagerie médicale est tout simplement une échographie très technique nommée Clarté nucale, mesure l’épaisseur et le fluide autour du cou du bébé. Un niveau de fluide élevé est associé avec une malformation chromosomique. La partie en laboratoire recherche la HCG et une autre hormone appelée PAPP-A.; des valeurs anormalement hautes, ou basses, indiquent souvent une malformation chromosomique. Ces deux facteurs combinés à l’âge de la mère sont utilisés pour déterminer le risque global. Toutefois, ils ne déterminent pas si le bébé est réellement atteint, mais plutôt d’établir une probabilité.  Une chance de 1/100 à 1/300 est considérée comme un test positif, qui peut nécessiter une séance de conseil génétique ou un test de diagnostique plus invasif. Si d’autres tests (comme la choriocentèse ou l’amniocentèse)   peuvent déterminer si le bébé est réellement atteint, les options sont ensuite de se préparer à accueillir un enfant nécessitant des soins et une attention spéciale, ou de mettre fin volontairement à la grossesse. Certaines femmes choisissent de ne pas faire le test du premier trimestre. D’autres veulent se sentir prêtes, donc elles font le test. Si vous pensez que vous mettrez fin à la grossesse dans le cas d’une malformation génétique, il vaut mieux faire le test, et ne pas avoir à attendre plus. Le test du premier trimestre se passe généralement entre la 11ème et la 13ème semaine.

Le quadruple test est un test sanguin qui évalue les niveaux de quatre hormones lors du second trimestre (16-18 semaines): hCG, qui est produite par le placenta, AFP (alpha-fœtprotéine) qui est produite par le fœtus, l’estriole qui est produite à partir de l’œstrogène du placenta et du fœtus, et l’inhibine A, qui est produite par les ovaires et le placenta. Des niveaux élevés d’AFP peuvent indiquer une malformation du tube neural ou spina bifida. Des niveaux bas d’AFP, combinés à des niveaux normaux d’hCG et d’estriole, peuvent indiquer une trisomie ou une autre maladie génétique. Comme pour le test de dépistage du premier trimestre, le quadruple test ne fait pas de diagnostique, il aide simplement à identifier les bébés avec un risque élevé pour certaines maladies, et dans ce cas là d’autres tests sont nécessaires.

Les échographies anatomiques externes sont aussi fréquentes pendant le second trimestre (18-22 semaines). Leur but est de regarder chaque organe en détail, pour identifier les problèmes qui peuvent nécessiter une intervention immédiate. Le cap des 20 semaines est idéal pour cet examen, car les organes sont presque tous développés, mais le bébé n’est pas trop replié, et sa peau est encore transparente, facilitant l’observation. Beaucoup de couples choisissent de savoir le sexe du bébé lors de ce même test.

Un test de tolérance au glucose est effectué entre les 24ème et 28ème semaines, et implique de boire une boisson très sucrée puis de faire un test, une heure plus tard, sur le taux de glycémie dans le sang. Si votre glycémie est normale, pas de problème pour vous. Si elle est élevée, vous avez peut-être développé un diabète gestationnel, mais ce n’est pas toujours le cas. Vous devrez donc faire un test de glycémie à trois heure, en jeunant une nuit, faites une prise de sang à jeun, buvez une boisson sucrée, puis refaites des prises de sang après une, deux, puis trois heures pour tester à chaque fois l’évolution de votre glycémie. Si vous êtes diagnostiqué avec un diabète gestationnel, vous devrez modifier vos habitudes alimentaires et sportives, surveiller votre niveau de glycémie à la maison, et probablement prendre des médicaments.  Gardez le contrôle sur votre glycémie, c’est très important pour le développement et la croissance de votre bébé.

Test de streptocoques du groupe B : Les streptocoques du groupe B sont des bactéries très présentes que l’on trouve souvent dans le vagin de beaucoup de femmes. Il est sans danger pour la femme, mais peut s’avérer dangereux pour le bébé pendant l’accouchement, et causer de graves infections. Les femmes ayant été dépistées positives doivent prendre un antibiotique par intraveineuse pendant le travail, pour éviter toute transmission. Ce test se fait simplement par frotti vaginal et rectal, vers la 36ème semaine de grossesse.

Il est important de comprendre pourquoi ces tests sont pratiqués, et comment, afin que vous puissiez prendre des décisions éduquées. Si vous avez des questions sur ces tests et leurs résultats, surtout n’hésitez pas à demander à votre médecin !

Leave a Reply