Bienvenue!
Bienvenue!

Langue: Pregnancy Calendar  Enceinte d.une semaine  Settimane di Gravidanza  Die Schwangerschaftswochen
12

Complication de grossesse : Oligoamnios, risques, causes et traitements

L’oligoamnios est une complication de la grossesse où le problème est qu’il y a trop peu de fluide amniotique. Le fluide amniotique est produit à partir de 12 à 14 jours après la conception, et se compose généralement d’eau provenant de la mère. A la 20e semaine de gestation, l’urine fœtale en devient le principal composant. Ce fluide est essentielle à la survie du bébé, car il offre une protection contre les coups et les sursauts, et aide aussi au développement des muscles, des poumons et de la trachée de l’œsophage.

L’indice de fluide amniotique (IFA) peut être mesuré grâce à des ultrasons, et s’il est inférieur à 5, on parle alors d’oligoamnios. Cela peut se produite à tout moment pendant la grossesse, mais intervient plus fréquemment lors du 3e trimestre.

Il existe plusieurs causes à l’oligoamnios. Parmi elles :

Une brèche dans le sac amniotique peut provoquer une fuite, et un diminution du niveau de fluide.

Des malformations de naissance, comme des problèmes aux reins ou du canal urinaire, peuvent entraîner des problèmes dans la production urinaire du fœtus, ce qui peut expliquer un niveau de fluide faible.

Un problème au niveau du placenta peut provoquer un mauvais relais du sang et des nutriments au bébé, ce qui réduit la production d’urine et donc le niveau du fluide amniotique.

Après 40 semaines de gestation, le placenta est arrivé à maturation, et est moins efficace pour faire passer les nutriments au bébé, ce qui diminue à la fois la production d’urine et le niveau du fluide amniotique. Les grossesses qui durent plus de 40 semaines sont plus susceptibles de souffrir de cette complication.

Les facteurs maternels comme la déshydratation, l’hypertension, la pré-éclampsie, l’hypoxie et le diabète peuvent aussi jouer un rôle dans l’apparition de l’oligoamnios.

Les risques associés à l’oligoamnios varient en fonction du stade de la grossesse. Si cette complication est détectée au premier trimestre, les risques sont plus élevés que si elle apparaît à un stade plus avancé. Un manque de fluide amniotique peut provoquer une compression des organes du fœtus et des malformations de naissance ainsi qu’un risque accru de fausse-couche ou de mort du nouveau né. Si la complication est détectée lors du second trimestre, elle peut provoquer des contraintes sur la croissance intra-utérine, une naissance prématurée, et une compression du cordon lors de la naissance.

Les traitements disponibles dépendent de la cause expliquant la baisse du niveau de fluide amniotique, ainsi que du stade de la grossesse pendant lequel est réalisé le diagnostique. Si la grossesse est proche du terme, le docteur peut décider de provoquer l’accouchement. Sinon, le docteur va probablement surveiller de près avec des ultrasons (pour vérifier le niveau de fluide et s’assurer qu’il ne tombe pas trop bas, ainsi que les mouvements du bébé et ses respirations), et pratiquer des tests de non stress, pour vérifier le niveau d’activité du bébé et son rythme cardiaque. Tant que le bébé continue de grandir, votre docteur continuera probablement à surveiller ce qu’il se passe, sans altérer le processus. Par contre si à un moment ou à un autre le bébé semble en danger, le docteur peut décider d’une naissance avant terme. SI l’oligoamnios résulte d’un diabète ou d’une hypertension, aucun effort ne doit être épargné pour contrôler la glycémie et la pression sanguine, car cela peut réduire le problème. Les études ont aussi montré qu’un grand volume de fluide (4 à 5 litres) administré oralement ou par intraveineuse permet aussi d’augmenter l’IFA, au moins temporairement. Pour finir, il existe une procédure appelée amnio-infusion, lors de laquelle on introduit du fluide par le biais d’un cathéter intra-utérin au moment de l’accouchement. Cela aide à rembourrer le cordon ombilical afin d’éviter d’autres complications survenant de sa compression. Cela peut aussi réduire le risque d’avoir recours à une césarienne.

L’oligoamnios peut faire peur au moment du diagnostic, mais la plupart des femmes qui sont passées par cette complication ont mis au monde de bébé en bonne santé. La surveillance accrue du fœtus permet souvent de rassurer la maman sur la bonne évolution du bébé et sur l’absence d’intervention lourde à prévoir. Si un problème nécessite de déclencher la naissance, essayez de garder en tête que les soins aux prématurés ont beaucoup progressé ses dernières années, et que les bébés nés prématurément bénéficient maintenant de soins leur assurant une bonne santé.

Leave a Reply